24 000 pages d'email de Sarah Palin rendues publiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
24 000 pages d'email de Sarah Palin rendues publiques
©

Lettres

24 000 pages d'email de Sarah Palin rendues publiques

La correspondance de l'ex-gouverneur d'Alaska très attendue par les médias.

A la suite d'une demande d'accès aux documents publics déposée en 2008, déposée par CNN et d'autres médias, en vertu du Freedom of Information Act, les emails envoyés depuis le compte officiel de Sarah Palin, quand elle était gouverneur de l'Alaska sont rendus publics aujourd'hui. La période couverte va de décembre 2006 à septembre 2008, date à laquelle elle a quitté son poste, pour devenir la colistière de John McCain, candidat républicain à l'élection présidentielle, finalement remportée par Barack Obama.

Des journalistes venus de tous les Etats-Unis se sont précipités, à Juneau, en Alaska avec des spécialistes des bases de données. En effet ces emails ne sont pas communiqués sous forme électronique, sur un CD-Rom par exemple, mais sur papier : l'ensemble représente 24 000 pages réparties en six boites pour un poids total d'une centaine de kilogrammes. L'impression de chaque jeu de 24 000 pages est facturée 725 $.

Mais les journalistes n'y trouveront pas l'intégralité de la correspondance électronique officielle de Palin, car 2 275 pages ont été retirées pour des raisons de confidentialité, et certains passages des pages qui sont rendues publiques sont censurés pour le même motif.

Le New York Times a lancé, sur son site, un appel à ses lecteurs pour qu'ils l'aident à fouiller cette masse de documents, les pages seront mises en ligne sur le site du journal pour faciliter la recherche d'une (ou plusieurs) aiguilles dans cette botte de foin.

Les documents seront diffusés aux journalistes à partir de 9h locale, heure d'Alaska, soit 13h heure de New York, donc en début de soirée heure française.

Lu sur le site CNN

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !