Éleveurs : les agriculteurs menacent de poursuivre les blocages | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Éleveurs : les agriculteurs menacent de poursuivre les blocages
©REUTERS/Gonzalo Fuentes

Une situation toujours floue

Éleveurs : les agriculteurs menacent de poursuivre les blocages

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a rencontré en Normandie des éleveurs en colère, qui réfléchissent à poursuivre leur mouvement. De son côté, le chef de l'Etat est personnellement intervenu pour annoncer des mesures.

La crise des éleveurs a pris une nouvelle dimension ce mardi et Stéphane Le Foll a finalement cédé à la pression. Le ministre de l'Agriculture (et porte-parole du gouvernement) s'est rendu à Caen, ce mardi après-midi, pour rencontrer les responsables du Calvados ainsi que ceux de Basse-Normandie afin d'évoquer la grogne locale.

Après deux heures de réunion, Stéphane Le Foll est rentré à Paris. Un rapport, très attendu, du médiateur des prix agricoles doit lui être remis en soirée au ministère. Mercredi, il doit rencontrer ce médiateur avant la présentation demain en Conseil des ministres d'un plan d'urgence de "16 à 17 propositions". 

Jugeant qu'il est venu "pour montrer que le gouvernement peut se mobiliser", le ministre a expliqué que la "question des prix" avait été évoquée. "On n'était pas là pour négocier" a t-il précisé, indiquant avoir parlé de "l'ensemble des filières, viande porcine, viande bovine et lait". Stéphane Le Foll a expliqué vouloir "recalibrer et revoir les critères pour que les aides aillent aux exploitations qui ont des difficultés de trésorerie".

La réunion ne semble pas avoir satisfait tout le monde. La FDSEA du Calvados "réfléchit à maintenir les blocages" organisés par les éleveurs des grands accès routiers de Normandie, selon son président Jean-Yves Heurtin.

Alors que la contagion des blocages a pris dans l'ouest de la France, le président de la République est personnellement intervenu dans le débat pour tenter de calmer la grogne. "Demain (mercredi), le Conseil des ministres prendra des décisions" a-t-il annoncé." J'ai demandé qu'au-delà de la question de la distribution, des prix, il puisse y avoir un plan d'urgence pour les éleveurs français et les producteurs de lait."

Mardi soir, on apprenait également que 178 parlementaires de droite avaient cosigné une lettre de François Fillon à François Hollande lui demandant de "ne pas rester sourd à la détresse" de l'agriculture française.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !