Electricité : le PDG d'EDF demande des hausses de tarifs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Electricité : le PDG d'EDF demande des hausses de tarifs
©REUTERS/Benoit Tessier

Pouvoir d'achat

Electricité : le PDG d'EDF demande des hausses de tarifs

Malgré un bénéfice net de quelques 3,7 milliards d'euros la dette de l'entreprise progresse.

Nos factures d'électricité pourraient bientôt s'alourdir encore un peu. Et pourtant, en 2014, EDF a réalisé un bénéfice net de quelques 3,7 milliards d'euros, soit une hausse de 5,2 %. Son résultat d'exploitation a lui progressé de 6,5 % à 17,3 milliards d'euros. L'entreprise maintient ainsi son dividende à 1,25 euros par action payés cash.

"Des résultats solides", a commenté Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF depuis fin octobre, même si le chiffre d'affaires de l'entreprise n'a augmenté que de 1,3 %.

Malrgré ces résultats, le successeur d'Henri Proglio réclame dans un entretien au Monde publié ce jeudi 12 février "des augmentations des tarifs" acquittés par les consommateurs, "régulières" et "dans des proportions acceptables par la collectivités". "C’est ce que j’ai demandé au gouvernement", précise-t-il dans les colonnes du quotidien.

Il justifie sa demande en expliquant que la dette de l'entreprise ne cesse de progresser. L’entreprise "sort plus d’argent" qu’elle "n’en rentre (à hauteur de 4 milliards d’euros en 2014)", affirme-t-il, avant d'ajouter que cette situation le préoccupe et qu'il faut y mettre un terme.

En contrepartie le PDG assure qu'il poursuivra la réduction des coûts engagée. "Les deux sont évidemment nécessaires", affirme Jean-Bernard Lévy, rappelant qu’EDF "a déjà engagé des plans d’économies ces dernières années", mais que l’"on peut renforcer ces efforts."

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !