Elections municipales 2014 : quand François Hollande prend la température auprès des élus locaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Elections municipales 2014 : quand François Hollande prend la température auprès des élus locaux
©

Et la famille ?

Elections municipales 2014 : quand François Hollande prend la température auprès des élus locaux

"Comment ça va chez toi ? ", demande le président à tous ses visiteurs afin de prendre le pouls du pays avant les élections de mars prochain.

Plus que trois mois avant les élections municipales. Alors que les experts pronostiquent une abstention majoritaire, la gauche craint une large défaite. Selon Caroline Roux, éditorialiste politique d’Europe 1, François Hollande, lui, se tient en première ligne et surveille tout. "Cela l’intéresse dans les détails, mieux, ça le passionne ", dit-on à l’Elysée.  "Comment ça va chez toi ?" demande-t-il à tous ses visiteurs afin de prendre le pouls du pays.

Harlem Désir, le chef du Parti socialiste, reconnait avoir de nombreux échanges avec le chef de l’Etat pour tenter de débloquer des situations et de nouer des accords électoraux.  Un des proches du président, rappelle qu’en tant qu’ancien Premier secrétaire du PS lui-même, François  Hollande est un fin connaisseur de la carte électorale. Et si la droite a revu ses attentes à la baisse et que la gauche reprend espoir, il prévoit un résultat gris en juin prochain : ni une victoire de la droite, ni une défaite de la gauche.

Si la campagne électorale passionne le président, pas question pour autant de s’y impliquer officiellement. On peut cependant considérer comme un soutient officieux sa prochaine visite à son ami Bernard Poignant, à Quimper.  Un de ces fidèles lui a conseillé de "ne rien faire qui pourrait être compris comme une manœuvre électoraliste, ce serait ravageur."

Les socialistes attendent du président qu’il regagne la confiance des Français en leur faisant comprendre que ses clins d’œil aux entreprises sont avant tout en faveur de l’emploi. François Hollande sait qu’il n’a pas grand-chose à y gagner : si la gauche résiste, le mérite sera attribué aux pontes du PS, si la droite gagne, il sera désigné comme coupable.  

Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !