Election présidentielle : près de 80 élus ont intégré la « réserve » de parrainages proposée par François Bayrou | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le collectif Notre Démocratie, lancé à l'initiative de François Bayrou, compte déjà près de 80 élus pour aider les candidats en quête de parrainages.
Le collectif Notre Démocratie, lancé à l'initiative de François Bayrou, compte déjà près de 80 élus pour aider les candidats en quête de parrainages.
©Ludovic MARIN / AFP

500 signatures

Election présidentielle : près de 80 élus ont intégré la « réserve » de parrainages proposée par François Bayrou

Le président du MoDem souhaite aider les candidats haut placés dans les sondages mais qui éprouvent des difficultés actuellement pour récolter les 500 signatures d'élus.

Le collectif Notre Démocratie, lancé à l'initiative de François Bayrou pour aider les candidats à obtenir les 500 signatures d'élus nécessaires pour l’élection présidentielle, compte déjà près de 80 parrainages d'élus, selon les précisions du président du MoDem, en ce lundi 21 février.

A ce stade, le collectif réunit « plusieurs dizaines » de parrainages d'élus, « 80 peut-être, quelque chose de cet ordre », a indiqué François Bayrou sur France 2.

Ces élus « se déclarent » disponibles pour parrainer ceux qui sont « menacés d'être empêchés » de participer au scrutin, d’après le site internet du collectif.

Des candidats comme Marine Le Pen, Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon ont révélé qu’ils avaient du mal à récolter les 500 parrainages nécessaires avant le 4 mars alors qu’ils sont bien placés dans sondages.

François Bayrou a justifié sa démarche pour créer cette « réserve » de parrainages pour aider les candidats qui « atteignent 10% dans les sondages » :

« Que serait la situation de la démocratie française et de l'élection présidentielle si des candidats majeurs ne pouvaient pas se présenter à cette élection ? ».

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !