Egypte : les islamistes veulent continuer à battre le pavé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Egypte : les islamistes veulent continuer à battre le pavé
©REUTERS/Murad Sezer

Tensions

Egypte : les islamistes veulent continuer à battre le pavé

Ils ont appelé à manifester dimanche contre le coup militaire. De nouveaux heurts sont donc à craindre dans le pays plongé dans la crise.

Pas de répit en vue en Egypte. L'épreuve de force et les heurts sanglants continuent. Et ce malgré les condamnations internationales et les appels à la retenue alors que les violences ont fait 750 morts en quatre jours. Ainsi, l'Union européenne a averti qu'elle était prête à "réexaminer" ses relations avec ce pays si la violence ne cessait pas. Mais cela ne devrait pas être le cas. En effet, de nouveaux affrontements sont à craindre ce dimanche car les islamistes ont une nouvelle fois appelé à manifester dimanche afin de protester contre le coup militaire.

Samedi, alors que la police a évacué de force des centaines d'entre eux retranchés dans une mosquée du Caire, les partisans du président islamiste renversé Mohamed Morsi ne sont pas parvenus à mobiliser et seuls quelques groupes de manifestants avaient bravé le couvre-feu pour défiler en soirée. Mais ne désarmant pas, l'Alliance anti-coup d'Etat, la coalition des pro-Morsi, a promis de nouvelles manifestations sous le slogan "la semaine du départ du coup d'Etat". Elle a appelé à des défilés après la prière, vers 14H00 GMT. Face à l'appel aux nouvelles manifestations, les Etats-Unis ont annoncé que leur ambassade au Caire resterait fermée dimanche.

Depuis la destitution et l'arrestation de Mohamed Morsi le 3 juillet, l'Egypte, sous état d'urgence, est divisée en deux camps qui semblent désormais irréconciliables. D'une part l'influente confrérie des Frères musulmans dont est issu le président déchu et de l'autre les partisans de la solution sécuritaire de l'armée qui l'a emporté sur les rares voix prônant le dialogue au sein des nouvelles autorités.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !