Egypte : le maréchal Abdel Fattah al-Sissi élu président avec 96,9% des voix | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Egypte : le maréchal Abdel Fattah al-Sissi élu président avec 96,9% des voix
©

Ecrasante victoire

Egypte : le maréchal Abdel Fattah al-Sissi élu président avec 96,9% des voix

L'ex-chef de l'armée, qui dirige de facto l'Egypte depuis qu'il a destitué l'islamiste Mohamed Morsi il y a 11 mois, a donc été élu président avec près de 100 % des suffrages, a annoncé la commission électorale nationale mardi 3 mai.

 

96,9% des suffrages. C'est le score réalisé par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi aux éléctions présidentielles égyptiennes des 26, 27 et 28 mai. L'ex-chef de l'armée, qui dirige de facto l'Egypte depuis qu'il a destitué l'islamiste Mohamed Morsi il y a 11 mois, a donc été élu président avec près de 100 % des suffrages, a annoncé la commission électorale nationale mardi 3 mai. Un décompte non officiel l'avait jusqu'alors donné vainqueur du scrutin avec 93,3% des suffrages.

Le maréchal Sissi, qui a pris sa retraite de l'armée pour pouvoir se présenter à la présidentielle, a recueilli 23.780.104 suffrages contre 757.511 pour son unique rival, le leader de la gauche Hamdeen Sabbahi. Par ailleurs, le taux de participation s’élève à 47,45%. Toutefois, le gouvernement intérimaire installé par Abdel Fattah al-Sissi a éliminé depuis longtemps de la scène politique le principal mouvement d'opposition :  la confrérie islamiste des Frères musulmans, interdite et déclarée "organisation terroriste".

Mohamed Morsi a été le premier chef de l'Etat élu démocratiquement en Egypte, en juillet 2012. Il a été destitué et arrêté par le général Sissi le 3 juillet 2013, après que des millions d'Egyptiens eurent réclamé son départ. Depuis, plus de 15 000 Frères musulmans ont été emprisonnés et la quasi-totalité de leurs leaders encourent la peine de mort dans divers procès. 

Lu sur Le Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !