Égypte : l'État islamique affirme avoir décapité l'otage croate ce mercredi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Photo d'illustration, ne représente pas Tomislav Salopek
Photo d'illustration, ne représente pas Tomislav Salopek
©Reuters

Nouvelle décaptitation

Égypte : l'État islamique affirme avoir décapité l'otage croate ce mercredi

Tomislav Salopek avait été enlevé le 22 juillet sur une route au sud-ouest du Caire. Cet employé d'une société française,

Tomislav Salopek serait mort. Dans une vidéo mise en ligne par l'Etat islamique, ce mercredi, l'otage croate de 31 ans, agenouillé aux pieds d'un homme cagoulé tenant un couteau et lisant une feuille, disait qu'il serait exécuté si le gouvernement égyptien ne libérait pas "des femmes musulmanes" emprisonnées.

L'EI a donc annoncé ce mercredi avoir décapité le Croate enlevé en Égypte il y a trois semaines, publiant ce qu'elle affirme être une photo de son cadavre sur des comptes djihadistes sur Twitter. Employé d'une société française, Tomislav Salopek, avait été enlevé le 22 juillet par des hommes armés sur une route à 22 kilomètres au sud-ouest du Caire. Ce cliché, dont l'authenticité n'a pu être vérifiée dans l'immédiat, montre le corps d'un jeune homme surmonté d'une tête, à côté d'un drapeau de l'EI et d'un poignard fichés dans le sable.

A LIRE AUSSI Russie, Etat islamique, budgets, attentats… quelle est la menace numéro 1 pour la sécurité de la France ?

Vendredi, la branche égyptienne de l'EI avait menacé de le tuer dans les 48 heures si Le Caire ne libérait pas "les femmes musulmanes" emprisonnées en Égypte. Les djihadistes seraient donc passés à l'acte. Le père de l'otage avait supplié les djihadistes égyptiens de laisser la vie de son fils sauve. "La seule et unique raison de son séjour dans votre patrie était de gagner de quoi nourrir ses enfants, rien de plus", avait-il dit depuis sa maison familiale à Vrpolje, dans l'est du pays.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !