Egalité hommes-femmes : l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Egalité hommes-femmes : l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi
©

Parité

Egalité hommes-femmes : l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi

Ce projet instaure des obligations de parité dans un grand nombre de structures.

L’Assemblée nationale a adopté, ce mardi, à 359 voix contre 24, le projet de loi pour l’égalité femmes-hommes, qui assouplit notamment la loi sur l’avortement en y supprimant la notion de "situation de détresse". La gauche et l’UDI (centre) ont voté pour ce projet, déjà adopté par le sénat en première lecture. L’UMP s’est abstenue, à l’exception de quelques membres qui ont voté contre."L'ambition de ce texte est d'engager notre pays sur un chemin sans retour, celui de l'égalité entre les femmes et les hommes sans laquelle il n'est pas de réelle liberté", a dit la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem.

Le projet de loi prévoit de réformer le congé parental pour inciter plus de pères à choisir cette option. Il instaure également des obligations de parité dans un grand nombre de structure. Les entreprises refusant de s’y plier verront leur participation sur le marché public remise en cause. Enfin, le texte veut mieux lutter contre les impayés des pensions alimentaires et doubler les pénalités financières des formations politiques qui n'appliqueront pas la législation existante sur la parité.

L'administration devra adresser son courrier aux femmes sous leur nom de naissance à moins qu'elles souhaitent le recevoir sous leur nom de femme mariée. Le Sénat devrait procéder à une deuxième lecture du projet de loi au printemps, au lendemain des municipales de mars.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !