Ecotaxe : bientôt remplacée par un "péage de transit" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le nouveau dispositif épargnerait largement la Bretagne.
Le nouveau dispositif épargnerait largement la Bretagne.
©THOMAS BREGARDIS / AFP

Poids lourds

Ecotaxe : bientôt remplacée par un "péage de transit"

Le péage entrera en vigueur d'ici à janvier 2015. Ce nouveau dispositif pourrait rapporter "550 millions d'euros" par an selon Manuel Valls.

"Péage de transit poids lourds". C'est maintenant le nom officiel du dispositif qui remplacera l'écotaxe. Il s'appliquera d'ici au 1er janvier 2015 et concernera les camions de plus de 3,5 tonnes et 4 000 kilomètres de routes, au lieu des 15 000 initialement prévus. 

Le premier ministre, qui était de passage à Trèbes ce dimanche, en a profité pour s'exprimer sur ce nouveau système. "Pour la mise en oeuvre du péage de transit, il sera fait appel à la société Ecomouv' dont l'infrastructure technique et opérationnelle existe déjà, et qui fera l'objet d'avenants" au contrat, a-t-il indiqué. "Afin d'assurer un meilleur contrôle, le gouvernement engagera des discussions avec Ecomouv qui pourront aller jusqu'à une montée au capital de la société par la puissance publique", a poursuivi Manuel Valls.

Cette intervention publique confirme donc que l'écotaxe, qui avait été responsable en automne dernier de la "fronde des bonnets rouges", est définitevement enterrée par le gouvernement. 

Dans l'Ouest, seul l'axe Saint-Lô/Nantes via Rennes sera concerné, précise le journal, qui cite des sources au ministère de l'Ecologie et publie une carte du nouveau dispositif. Selon Ouest France, ce péage retiendra les axes de grand transit enregistrant un trafic "supérieur à 2 500 poids lourds par jour".

Lu sur Ouest France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !