Ebola : un passager d'Air France hospitalisé en urgence à Madrid | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le passager hospitalisé est arrivé dans le hall 2E de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle jeudi 16 octobre à 6h20, en provenance du Nigéria.
Le passager hospitalisé est arrivé dans le hall 2E de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle jeudi 16 octobre à 6h20, en provenance du Nigéria.
©

Protocole d'urgence

Ebola : un passager d'Air France hospitalisé en urgence à Madrid

Le passager d'origine nigériane avait fait escale à Paris jeudi 16 octobre dans la matinée. Il semble présenter tous les symptômes du virus...

Un passager d'Air France arrivé du Nigéria a subi un contrôle médical dès l'atterrissage de son avion à l'aéroport de Madrid, ce jeudi 16 octobre. Ce dernier, qui avait d'abord fait escale à Paris, semble présenter tous les symptômes de la maladie.

Une équipe médicale est entrée dans l'avion dès son atterrissage pour procéder à des examens : le passager a été immédiatement acheminé vers l'hôpital Carlos III de Madrid. L'appareil a quant a lui été placé dans une zone spéciale.

"Le protocole d'urgence sanitaire a été activé à l'aéroport Adolfo Suarez Madrid-Bajaras pour un passager dans un avion d'Air France en provenance de Paris" a déclaré le gestionnaire des aéroports espagnols. Placés sous surveillance, tous les autres passagers du vol AF 13000 d'Air France devront se signaler aux autorités locales si le moindre symptôme du virus apparaissait.

Le passager hospitalisé est arrivé dans le hall 2E de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle jeudi 16 octobre à 6h20, en provenance de Lagos, au Nigéria. Ce dernier serait resté plusieurs heures dans la zone de transit de l'aéroport avant de s'envoler pour Madrid à 9h35.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !