Ebola : un million de vaccins pourraient être prêts à utiliser en Afrique d'ici le milieu de l'année 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le virus a fait plus de 4 900 morts principalement en Afrique de l'ouest
Le virus a fait plus de 4 900 morts principalement en Afrique de l'ouest
©Reuters

Espoir

Ebola : un million de vaccins pourraient être prêts à utiliser en Afrique d'ici le milieu de l'année 2015

Selon l'OMS, 2 types de vaccin subissent actuellement des tests aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et au Mali.

Alors que selon l'Organisation Mondiale de la Santé, près de 5 000 personnes sont mortes en Afrique de l'ouest du virus Ebola, quelques motifs d'espoirs semblent apparaître. En effet, d'après la même organisation, un million de vaccins pourraient être prêts à utiliser en Afrique d'ici le milieu d'année 2015. 200 000 doses pourraient être disponibles dans les trois premiers mois de l'année.

Une bonne nouvelle pour les pays d'Afrique et ses dirigeants qui ont multiplié les appels à l'aide ces dernières semaines. Les autorités guinéennes ont appelé les dirigeants du monde à "aller plus vite" récemment. Ainsi, deux types de vaccin subissent actuellement des tests aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et au Mali. 

Médecins sans frontières (MSF) a demandé ce vendredi que les personnels de santé soient concernés en priorité par les vaccins et les traitements contre Ebola. "Les plans pour obtenir des vaccins et des traitements aux personnels de santé exposés doivent être rapidement mis en oeuvre, il faut des investissements significatifs pour accélérer ce processus" a soutenu MSF dans un communiqué qui a ajouté qu'une "action urgente" restait nécessaire.

Le Dr Kieny, directrice générale adjointe de l'OMS a fait savoir qu'elle est "volontaire pour tester un vaccin contre Ebola, en signe de solidarité avec les nombreux personnels de santé", touchés par le virus.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !