Ebola : un antiviral japonais suscite l'espoir en Guinée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Ebola : un antiviral japonais suscite l'espoir en Guinée
©REUTERS/Thomas Peter

Encourageant

Ebola : un antiviral japonais suscite l'espoir en Guinée

Expérimenté depuis décembre 2014, ce traitement est pour l'heure considéré comme le seul pouvant être fabriqué rapidement et facile à administrer (sous forme de comprimés).

Le palais de l'Elysée a annoncé jeudi 5 février dans un communiqué qu'un traitement contre le virus Ebola avait fourni des résultats "encourageants" après son expérimentation dans une clinique guinéenne. Jusqu'ici, cet antiviral japonais baptisé favipiravir (Avigan) n'avait prouvé son efficacité que sur les animaux. Produit par une filiale de la société Fujifilm, ce traitement est pour l'heure considéré comme le seul pouvant être fabriqué rapidement et facile à administrer (sous forme de comprimés).

Depuis décembre 2014, des tests ont été réalisés en Guinée sur 80 adultes et enfants contaminés par le virus. Si les résultats des cet essai clinique n'ont pas encore été officiellement dévoilés, l'Institut français pour la santé et la recherche médicale (Inserm), qui supervise les tests, a évoqué des premiers résultats positifs. 

Après la présentation des résultats préliminaires de ces tests mercredi à François Hollande, l'Elysée a évoqué un "espoir raisonnable", ouvrant "de nouvelles perspectives pour l'accès à un traitement". "Ils montrent une réduction du nombre de décès chez les adultes et adolescents ayant une faible multiplication du virus" commente aussi la présidence. Cette annonce est accueillie d'autant plus favorablement que le nombre de nouveaux cas identifiés a augmenté depuis le début de l'année 2015.

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !