Ebola : l'aide-soignante espagnole contaminée serait hors de danger | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ebola : l'aide-soignante espagnole contaminée serait hors de danger
©

Bonne nouvelle

Ebola : l'aide-soignante espagnole contaminée serait hors de danger

Selon le résultat d’un test pratiqué dimanche 19 octobre, Teresa Romero, première personne contaminée par Ebola hors Afrique de l’Ouest, n'aurait plus de charge virale.

Teresa Romero serait hors de danger. Selon le résultat d’un test pratiqué dimanche 19 octobre, l’aide-soignante espagnole de 44 ans, première personne contaminée par Ebola hors Afrique de l’Ouest, ne présenterait plus de charge virale. Elle sera soumise à un nouveau test "dans les prochaines heures", a indiqué le Comité interministériel chargé du suivi du virus en Espagne dans un communiqué. Teresa Romero avait été hospitalisée le 6 octobre à l’hôpital Carlos III de Madrid.

"Je suis très heureux aujourd'hui parce qu'on peut dire que Teresa a vaincu la maladie", a témoigné son époux, Javier Limon, dans une vidéo filmée dans la chambre d'hôpital où il est gardé en observation. Tout comme lui, 14 autres personnes ayant côtoyé Teresa Romero ont été hospitalisées par précaution à l'hôpital Carlos III. Fort heureusement, dimanche, aucune d’entre elles ne présentait "de symptômes", a déclaré le Comité. Par ailleurs, une cinquantaine d’aides-soignants s’occupent aujourd’hui de la malade. Il faut désormais attendre le 27 octobre, fin de la période d'incubation (21 jours) pour être sûr que personne n'a été contaminé. 

Alors qu’elle était aide-soignante à l’hôpital Carlos III, Teresa Romero a développé les premiers symptômes le 29 septembre. Elle avait soigné deux religieux atteints de la fièvre hémorragique Ebola. Ces derniers avaient été rapatriés respectivement le 8 août et le 22 septembre et sont décédés quelques jours après. C’est auprès du deuxième religieux rapatrié que Teresa Romera aurait été contaminée. Elle aurait dit aux médecins avoir "touché" ou "frôlé" son visage sans le vouloir, alors qu’elle retirait sa tenue. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !