DSK conseiller de Raul Castro, son retour en politique ne se fera pas en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
DSK conseiller de Raul Castro, son retour en politique ne se fera pas en France
©Reuters

C'est reparti

DSK conseiller de Raul Castro, son retour en politique ne se fera pas en France

L'ancien ministre et professeur d'économie va reprendre du service, mais cette fois, au sein du gouvernement cubain.

DSK est un homme plein de surprise. Depuis la levée des charges qui pesaient contre lui en juin dernier, l’ancien ministre organisait son grand retour en politique. Mais en dépit de ce que l’on pourrait penser, c’est à l’extérieur de l’hexagone que DSK devrait œuvrer. En effet, selon le site Politico, ce dernier devrait conseiller Raul Castro, le président de Cuba et frère de Fidel Castro, sur la réouverture des échanges commerciaux entre la Havane et les Etats-Unis.

Selon l'ancien député PS Julien Dray, DSK serait l’homme de la situation. "On peut voir la différence entre lui et la personne qui dirige actuellement le FMI", a-t-il déclaré. "À la lumière de ce qu'il a pu proposer, il semble clair qu'il aurait apporté une approche globale plus intéressante de la crise grecque. Ses compétences d'ancien dirigeant du FMI doivent être exploitées", a estimé Julien Dray.

Selon le conseiller régional, DSK aurait tellement souffert du scandale qui l’a touché, que son retour en politique en France serait largement compromis. "Il a traversé une période très difficile. Il reproche à certains d'avoir tenu des propos très durs à son encontre. Trop dures pour qu'il envisage de faire comme si rien ne s'était passé. Il n'a pas complètement tourné la page en politique mais il ne reviendra pas en France". 

Lu sur France tv Infos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !