Droits de l'homme : Macron ne veut pas "donner de leçons" à la Chine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Droits de l'homme : Macron ne veut pas "donner de leçons" à la Chine
©

Discret

Droits de l'homme : Macron ne veut pas "donner de leçons" à la Chine

S'il jure évoquer ces sujets en tête-à-tête, le président refuse de l'évoquer devant les journalistes.

Emmanuel Macron aime rappeler son franc-parler. Mais lorsqu'il s'agit d'évoquer les droits de l'homme en Chine, le sujet est bien plus sensible. Devant les journalistes, il a évoqué cette question. "Je peux me faire plaisir en donnant des leçons à la Chine en parlant à la presse française. Ça s'est beaucoup fait, ça n'a aucun résultat. C'est totalement inefficace. Je crois à la diplomatie du respect réciproque, on doit travailler dans la durée" a-t-il expliqué, mardi soir.

Pour autant, il assure avoir évoqué le sujet avec le président chinois Xi Jinping. "Il sait qu'elles existent en Europe, en particulier sur le sujet des libertés et des droits universels. Et je sais que pour lui le sujet est important".

Il avait eu une démarche similaire lors de la visite du président égyptien Abdel Fatah Al-Sissi en octobre dernier, assurant qu'il ne fallait pas "donner de leçons". En revanche, il a directement évoqué les problématiques de la liberté de la presse devant le président turc Erdogan, en conférence de presse.

Interrogé par Europe 1, l'artiste et dissident chinois Ai Weiwei, installé à berlin, a critiqué l'attitude du président français. "Je ne crois pas aux entretiens privés. Un homme public doit toujours parler en public", a-t-il affirmé. "Qui sait ce qu'ils se disent en privé. Mais peut-être que les Français se fichent désormais des droits de l'homme."

Lu sur FranceInfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !