Donald Trump souhaite interdire l'entrée des musulmans aux Etats-Unis, et provoque un tollé international | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pour étayer ses propos, Trump s'est appuyé sur un sondage considéré comme islamophobe par des associations antiracistes.
Pour étayer ses propos, Trump s'est appuyé sur un sondage considéré comme islamophobe par des associations antiracistes.
©Reuters

Récidiviste

Donald Trump souhaite interdire l'entrée des musulmans aux Etats-Unis, et provoque un tollé international

"J'ai des amis musulmans, ce sont des gens très bien, mais ils savent qu'il y a un problème, et on ne peut plus le tolérer", a lancé le candidat à la primaire républicaine.

Donald Trump ne veut plus de musulmans sur le territoire américain. Le milliardaire en tête des sondages des primaires républicaines pour les élection présidentielles américaines, a exprimé lundi son souhait de barrer l'entrée des musulmans aux Etats-Unis. "La haine dépasse l'entendement", a-t-il lancé. "Cela ne fait qu'empirer, et on va avoir un autre World Trade Center".

Évoquant les attentats de Paris et la récente fusillade à San Bernardino, en Californie, l'excentrique magnat de l'immobilier, coutumier des déclarations aussi tapageuses que provocatrices, a affirmé que de nombreux musulmans sont favorables au jihad violent contre les Américains ou qu'ils préfèrent vivre en vertu de la charia (loi islamique) plutôt que de la Constitution américaine. Pour étayer ses propos, il s'est appuyé sur un sondage considéré comme islamophobe par des associations antiracistes.

"J'ai des amis musulmans, ce sont des gens très bien, mais ils savent qu'il y a un problème, et on ne peut plus le tolérer", a également affirmé le candidat à la primaire qui n'a donné aucune indication concernant la mise en place d'une telle interdiction.

Cet appel a immédiatement suscité une avalanche de condamnations, y compris de la part des Républicains. Hillary Clinton, favorite des primaires démocrates, a elle aussi fermement condamné ces déclarations sur Twitter, évoquant des attaques contraires "aux valeurs" américaines et "faisant le jeu des terroristes."


Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !