Donald Trump ne voudrait pas d'immigrés venant de "pays de merde" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Donald Trump ne voudrait pas d'immigrés venant de "pays de merde"
©

L'élégance américaine

Donald Trump ne voudrait pas d'immigrés venant de "pays de merde"

Le président américain aurait tenu ces propos lors d'une réunion évoquant un projet d'immigration, rapporte le Washington Post.

Mise à jour 14h : "Le langage que j'ai utilisé était dur mais ce n'était pas ces mots" a expliqué Donald Trump sur Twitter.

D’après le Washington Post, Donald Trump a encore frappé. Ce jeudi, le turbulent président américain recevait à la Maison Blanche plusieurs sénateurs, dont le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Durbin. La réunion avait pour sujet un projet de loi sur l’immigration et la possibilité de restaurer un certain nombre de protections, précise le Huffington Post.

A un moment donné, l'accueil de ressortissants de pays africains, du Salvador ou d'Haïti a été évoqué… et Donald Trump s’est emporté. "Pourquoi est-ce qu'on veut des gens qui viennent de tous ces pays de merde ?", se serait-il exclamé. Estimant que les Etats-Unis feraient mieux de s'ouvrir à des immigrants de pays comme la Norvège, dont il avait rencontré la Première ministre la veille, il aurait poursuivi : "Quel besoin avons-nous d'Haïtiens en plus?" a déclaré Trump. Qu'on les vire".

La saillie aurait tellement choqué que plusieurs sénateurs présents l'ont rapportée au Washington Post. Et la présidence américaine n'a d’ailleurs pas démenti. "Certains politiciens de Washington préfèrent se battre pour des pays étrangers, mais le président se battra toujours pour les Américains", a commenté un porte-parole, Raj Shah, dans un communiqué publié jeudi soir.

Lu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !