Donald Trump charge Google et Twitter qu'il accuse de "censure" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Donald Trump charge Google et Twitter qu'il accuse de "censure"
©

Roue libre

Donald Trump charge Google et Twitter qu'il accuse de "censure"

Le président américain a accusé le réseau social et le moteur de recherche de censurer les sites de droite et d'extrême droite.

C'est dans une salve de tweets publiés ce mardi 28 août que le président Donald Trump s'est attaqué au réseau social Twitter et au moteur de recherche Google. Ce dernier les a accusé de censurer les sites de droite et d'extrême droite. La preuve ? "  Quatre-vingt-seize pour cent des recherches “actualités Trump” sur Google renvoient vers des médias de gauche, c’est très dangereux (…). Il n’y a que des “fake news”, ils ont truqué les résultats pour n’afficher que les mauvais résultats" rapporte Donald Trump qui se réfère à une "étude" publiée par le site PJ Media qui comprend de très nombreux biais méthodologique comme le rapporte le journal Le Monde qui explique que l'étude " étiquette ainsi comme site « de gauche » des agences d’information comme Reuters, peu suspecte d’être acquise à l’extrême gauche américaine. Il agglomère pêle-mêle comme médias des sites indépendants, des agences de presse, des télévisions et des quotidiens nationaux avec des blogs conspirationnistes comme celui d’Alex Jones – mais il ne comporte aucun média local. Enfin, la « mesure » par le site sur les « cent premiers résultats dans Google Actualités » ne compte que 70 résultats, et ne prend pas en compte le fait que les résultats de Google Actualités varient d’un utilisateur à l’autre, car Google les personnalise en fonction de différents critères, comme la géolocalisation."

Enfin, Donald Trump dans ses tweets menace Google : " Cette situation est très grave, et nous allons nous en occuper."

 
Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !