Dominique de Villepin : déçu par Hollande, il avoue avoir "été parfois injuste avec Nicolas Sarkozy" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Dominique de Villepin : déçu par Hollande, il avoue avoir "été parfois injuste avec Nicolas Sarkozy"
©

Repentance

Dominique de Villepin : déçu par Hollande, il avoue avoir "été parfois injuste avec Nicolas Sarkozy"

L’ancien Premier ministre de Jacques Chirac était l’invité ce vendredi de BFMTV-RMC.

Il l’assure ce  "n’est pas un mea culpa". Pourtant, venant de sa part, ça en a tout l’air. Ce vendredi, Dominique de Villepin était l’invité de BFMTV-RMC. L’occasion pour l’ancien Premier ministre de faire un tour de l’actualité mais aussi de revenir sur ses relations houleuses avec Nicolas Sarkozy. Autrefois ennemi juré de l’ancien président de la République, Dominique de Villepin s’est laissé aller à une surprenante confession. : "Je ne fais pas de mea culpa, je n’aime pas beaucoup ça, mais j’ai sans doute été parfois injuste avec Nicolas Sarkozy."

Alors qu’à la fin de l’année 2010, il assurait que l’ex-chef de l’Etat était "un des problèmes de la France", il semble donc avoir mis de l'eau dans son vin. "C'est vrai que sous Nicolas Sarkozy j'ai dit tout ce que je pensais car il y a des points de sa politique qui m'ont horripilé, contraires à l'idée que je me faisais de la France" a ajouté l’ancien Premier ministre.

Une "cruauté" que Dominique de Villepin ne veut pas réitérer avec François Hollande, qu’il dit "bien connaître" et "bien aimer". Il se dit toutefois déçu par le chef de l’Etat et dénonce "un manque d'énergie, un manque de volonté", une forme d'"économisme". Et d’ajouter : "Aujourd’hui, c’est un problème différent. C’est un effacement, affaissement de l’ambition nationale. Une sorte d’économisme. SI je dis tout ce que je pense sur ce manque d’énergie et de volonté, je risquerais d’être cruel. Je n’ai pas envie de l’être une deuxième fois". 

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !