Djihadistes : "la menace contre la France est maximale" estime Eric Ciotti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Djihadistes : "la menace contre la France est maximale" estime Eric Ciotti
©

Terrorisme

Djihadistes : "la menace contre la France est maximale" estime Eric Ciotti

Le député UMP préside désormais une commission d'enquête parlementaire sur les Français partis faire le djihad à l'étranger. Il s'est exprimé ce mercredi sur RTL.

La création de cette commission d'enquête parlementaire avait été demandée par le groupe UMP "après le retour en France de trois jeunes djihadistes depuis la Turquie" a déclaré Eric Ciotti mercredi 17 décembre au micro de RTL, évoquant des "failles dans le système de lecture des passeports".  Après s'être inquiété d'une augmentation de 80% des jeunes français partis faire le djihad à l'étranger depuis le début de l'année 2014, Eric Ciotti a affirmé que cette commission d'enquête parlementaire "servira à faire un état des lieux" sur ce qu'il qualifie de "menace maximale contre la France".

Pour les 30 parlementaires qui se réuniront pendant six mois, "il s'agira d'un travail de recensement, d'évaluation, et de diagnostic de la situation, pour essayer de dégager des pistes avec un objectif clair, afin de mieux protéger les français" a-t-il poursuivi.

Eric Ciotti a notamment évoqué la création de centres fermés de "déradicalisation", comme il en existe au Danemark ou aux Pays-Bas, ainsi que la possibilité de déchoir de leur nationalité certains djihadistes binationaux : "C'est aujourd'hui possible dans notre droit (…) j'y suis favorable". Interrogé sur l'action du gouvernement dans la lutte anti-terroriste, Eric Ciotti a enfin déclaré : " la lutte contre le terrorisme exige l'unité nationale".

 
Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !