Deux touristes qataries braquées sur l'autoroute A1, un butin de cinq millions d'euros dérobé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Deux touristes qataries braquées sur l'autoroute A1, un butin de cinq millions d'euros dérobé
©Flickr/maarjaara

Comité d'accueil

Deux touristes qataries braquées sur l'autoroute A1, un butin de cinq millions d'euros dérobé

Les braqueurs ont fait main basse sur "tout ce qui se trouvait dans la voiture : bijoux, vêtements, bagages… pour un préjudice d’au moins 5 millions d’euros", expliquent les enquêteurs.

Arrivées à l'aéroport du Bourget lundi 21 novembre aux alentours de 21h30, deux sœurs qataries et leur chauffeur ont été victimes d'un braquage sur l’autoroute A1, aux portes de Paris. Selon des sources policières citées par l'AFP, un butin estimé à 5 millions d’euros leur a été dérobé.

Deux individus cagoulés ont forcé la Bentley qui conduisait les deux touristes à sortir de l’autoroute et à se garer. Après avoir aspergé de gaz lacrymogène les deux femmes d’une soixantaine d’années et leur chauffeur, les braqueurs ont fait main basse sur "tout ce qui se trouvait dans la voiture :  bijoux, vêtements, bagages… pour un préjudice d’au moins 5 millions d’euros", explique cette même source. 

Cette portion de l’autoroute qui mène aux aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et du Bourget est régulièrement choisie par des malfaiteurs pour des vols à la portière. Les braqueurs profitent notamment des embouteillages pour s'attaquer aux voitures luxueuses, supposées transporter des étrangers avec d’importantes sommes en liquide. Un taxi qui transportait Philippe Ginestet, le PDG de la solderie Gifi, avait été attaqué à sa sortie de l’aéroport du Bourget au mois d'octobre, par trois hommes qui avaient dérobé un butin estimé à 100 000 euros. 

>>>> À lire aussi : Paris : une princesse saoudienne ordonne à son garde du corps de "frapper" et "tuer" un artisan

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !