Deux bombardiers russes interceptés au large des côtes bretonnes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Deux bombardiers russes interceptés au large des côtes bretonnes
©

Incident

Deux bombardiers russes interceptés au large des côtes bretonnes

Les deux appareils ont été détectés le 22 septembre au nord de la Norvège, à l'ouest de l'Irlande et au large des côtes françaises, a expliqué le service de presse (SIRPA) de l'Armée de l'Air.

L'Armée de l'Air a indiqué mardi 4 octobre que deux bombardiers russes lourds Tupolev 160 avaient été repérés au mois de septembre au large de la Bretagne, avant d'être interceptés puis escortés par des Rafale. Les deux appareils "Blackjack" - nom de code OTAN des Tu160, marqués d'une étoile rouge ont été détectés le 22 septembre au nord de la Norvège, à l'ouest de l'Irlande et au large des côtes françaises, a expliqué le service de presse (SIRPA) de l'Armée de l'Air.

"A 13 h 57, deux Rafale de la permanence opérationnelle de Tours décollent pour les intercepter à 100 kilomètres des côtes bretonnes. Ils escortent les Blackjack jusqu'au large de Mont-de-Marsan (…) Deux Rafale de la permanence opérationnelle de Mont-de-Marsan prennent le relais à 14 h 33. Les deux avions russes mettent alors le cap à l'ouest en longeant la côte ibérique", relate le SIRPA.

Les deux avions russes ont alors interceptés par deux F18 espagnols avant de remonter vers la Russie via l'Irlande. Quatre pays au total (Norvège, Royaume-Uni, France, Espagne) ont mis en oeuvre des moyens aériens d'interception et d'escorte des appareils en coopération avec des centres d'opération de l'OTAN.

>>>> À lire aussi : Deux bombardiers russes interceptés au large des côtes françaises en février

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !