Des sénateurs proposent l'instauration d'une taxe sur les jeux vidéo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Des sénateurs proposent l'instauration d'une taxe sur les jeux vidéo
©

Exception culturelle

Des sénateurs proposent l'instauration d'une taxe sur les jeux vidéo

Ils espèrent alimenter un fonds chargé d'accorder des financements à la création française dans le secteur du jeu vidéo.

Un rapport du Sénat présenté ce mardi 24 septembre préconise la création d'une nouvelle taxe sur la vente de jeux vidéo. Celle-ci servirait à financer des mesures d'aide à la production française de ces jeux qui subit des pertes d'emplois. Le prélèvement, qui représenterait un montant de "quelques centimes ou dizaines de centimes par jeu", viendrait alimenter "un fonds géré par le Centre national du cinéma, chargé essentiellement aujourd'hui de financer le cinéma" en vue d'accorder des financements à la création française dans le secteur du jeu vidéo. Cette taxe ne toucherait ni les jeux vendus en ligne ni les jeux d'occasion.

"Sur des produits commercialisés entre cinquante et soixante-dix euros en moyenne lors de leur lancement, la taxe représenterait une charge supportable pour l'acheteur, surtout au regard de son utilité finale", expliquent André Gattolin (EELV) et Bruno Retailleau (UMP). Les élus souhaitent également que les consommateurs soient informés de la destination de la taxe, qui vise à soutenir l'industrie française du jeu vidéo.

"Avec une cinquantaine de millions de produits (consoles et jeux) vendus dans notre pays en 2011 sur le marché physique, cette taxe pourrait rapporter plusieurs millions d'euros. Elle pourrait aisément venir doubler les financements publics alloués au secteur, si l'on a en tête que le FAJV (Fonds d'aide au jeu vidéo, ndlr) représente trois millions d'euros d'aides et le CIJV (Crédit d'impôt jeux vidéo, nldr) deux millions de dépenses fiscales".

Lu sur Numerama

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !