Des explosifs et des détonateurs volés dans une base militaire des Bouches-du-Rhône : une enquête ordonnée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Des explosifs et des détonateurs volés dans une base militaire des Bouches-du-Rhône : une enquête ordonnée
©Reuters

Inquiétant

Des explosifs et des détonateurs volés dans une base militaire des Bouches-du-Rhône : une enquête ordonnée

Le vol a eu lieu ce week-end mais aucune information n'a filtré.

Sans nul doute, l'affaire fait tâche. Une dizaine de pains de plastic (explosif), des grenades et près de 150 détonateurs ont été dérobés sur la base militaire du quatrième Régiment du matériel, à Miramas (Bouches-du-Rhône). Ce site très sécurisé est d'ailleurs spécialisé dans le stockage des munitions mais ni l'armée ni les gendarmes n'ont souhaité commenter cette affaire. C’est en fait l’ouverture d’une enquête par le parquet d’Aix-en-Provence qui atteste du vol.

Selon le Figaro, les militaires ont retrouvé une partie du grillage découpé lundi matin, laissant penser que le délit s'est déroulé dans la nuit. Les deux pistes principales sont celles du grand banditisme mais aussi celles du terrorisme.Interrogé par la radio France Bleu Provence, le maire de la ville, Frédéric Vigouroux, confirmait mardi matin que les autorités prenaient ce vol très au sérieux : "Je n'ai eu que très peu d'informations mais c'est très inquiétant. Tous les services de l'Etat sont focalisés sur le dossier."

Les réactions politiques ont été nombreuses depuis cette annonce. "Le Front National demande en urgence un audit général de la sécurité sur nos sites militaires et un plan national de sécurisation. La fermeté doit remplacer à tous niveaux le laxisme" réclame Florian Philippot, l'un des vice-présidents du parti, dans un communiqué. D'après lui, ce vol "confirme que le pouvoir poursuit, malgré les menaces terroristes, dans le laxisme et la négligence." Et d'insister : "D'après la presse, il n'y avait même pas de caméra de vidéo-protection sur ce site militaire pourtant sensible. Pire, interrogé ce matin sur RTL Manuel Valls ne semblait ni au courant, ni inquiet... Depuis de très nombreuses années, les gouvernements successifs jouent avec la sécurité des Français". Il a conclu ainsi : "Les sites militaires sont particulièrement exposés, leur sécurité doit donc être totale".

Dans un communiqué, le ministère de la Défense a annoncé, ce mardi après-midi, avoir demandé en interne une évaluation "sous quinzaine" de "la protection de l’ensemble des sites militaires de stockage de munitions". Cette évaluation, demandée à la Direction de la protection des installations, moyens et activités de la Défense (DPID), permettra de "proposer les mesures correctrices qui s’imposeraient", précise le ministère dans un communiqué. Une enquête de commandement a également été ordonnée "pour analyser les faits, l’organisation et les éventuelles responsabilités" du vol survenu à Miramas.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !