Des dizaines de combattants iraniens seraient morts en Syrie depuis le début du mois d'octobre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des dizaines de combattants iraniens seraient morts en Syrie depuis le début du mois d'octobre
©Reuters

En guerre

Des dizaines de combattants iraniens seraient morts en Syrie depuis le début du mois d'octobre

Le régime iranien, allié de Bachar al-Assad, commencerait à transmettre des informations à la presse locale depuis le début de l'offensive russe en Syrie.

Selon des informations parues dans la presse iranienne, au moins 67 Iraniens sont morts en Syrie depuis le début du mois d'octobre. Des révélations officielles et semi-officielles surprenantes alors que le pays évoquait jusqu'à peu très rarement le conflit. Mais depuis la nouvelle offensive russe, à laquelle participeraient les combattants iraniens, les dirigeants du pays auraient décidé désormais de communiquer sur la question, note le Washington Post.

Pour Ali Alfoneh, un spécialiste de l'Iran, les dirigeants du pays en parlent car "ils en sont fiers". Par ailleurs, ils voudraient également éviter que la communication russe autour de leur intervention minimise le rôle réel des combattants iraniens.

Le nombre exact de combattants iraniens en Syrie est inconnu. Plusieurs sources américaines évoqueraient des centaines de combattants, d'autres plusieurs milliers. Si les journaux iraniens tendent à présenter ces soldats comme des troupes de soutien, ils seraient pour d'autres directement impliqués dans les combats au sol.

L'Iran est un des principaux alliés du régime de Bachar al-Assad, notamment depuis le début de la guerre civilen qui a débuté il y a 5 ans environ. Les leaders iraniens estiment que le régime du président syrien est primordial pour l'influence iranienne dans la région.

Les Etats-Unis ont longtemps essayé de maintenir l'Iran hors des discussions sur l'avenir de la Syrie, en raison de leur soutien à Assad. Mais dernièrement, des officiels iraniens ont été invités à une réunion à ce sujet. Un signe du possible réchauffement entre les deux pays sur la question.

Lu sur The Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !