Départementales 2015 : Nicolas Sarkozy sort grand vainqueur de l’élection mais reste talonné de près par ses rivaux de droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy tient sa première victoire
Nicolas Sarkozy tient sa première victoire
©Reuters

Bataille à droite

Départementales 2015 : Nicolas Sarkozy sort grand vainqueur de l’élection mais reste talonné de près par ses rivaux de droite

Incontestablement, l’alliance avec l'UDI a permis au président de l'UMP de revendiquer une victoire de prestige.

Pour connaître la réaction des leaders de droite, après l'élection, mieux valait être attentifs. Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et Bruno Le Maire se sont tous exprimés dans l'heure qui a suivi les résultats, chacun tentant d'en tirer des conséquences intéressantes pour leurs ambitions de 2017.

Le premier à s'exprimer était évidemment Nicolas Sarkozy, le visage toujours aussi grave, malgré la victoire. "Jamais sous la Vème République, notre famille politique n’avait gagné autant de départements" a-t-il lancé, recevant les applaudissements des militants venus l'écouter. "L’espoir renaît pour la France. J’ai conscience que la route sera longue et difficile mais ma conviction est solidement ancrée" insiste-t-il. "L'alternance est en marche et rien ne pourra l'arrêter."

Faut-il surtout comprendre que rien ne pourra arrêter le président de l'UMP ? En tout cas, la victoire lui revient bien que les tendances plus centristes revendiquent tout autant le succès de cette alliance avec l'UDI.

Dans la bataille de 2017, Alain Juppé devra néanmoins prouver que le ralliement de François Bayrou et du MoDem sont nécessaires pour la victoire. Celle de ce dimanche vient pourtant de montrer que ce n'était pas forcément le cas et a remisé le maire de Bordeaux plutôt comme figurant de cette élection.

Un peu à l'écart des décisions, François Fillon a lâché une petite déclaration brève, au moment où Nicolas Sarkozy s'apprêtait à paler, façon de distiller ses paroles pour ne pas être relégué au simple lieutenant de campagne. Conscient que la lumière penchait vers Nicolas Sarkozy, l'ancien Premier ministre a cherché avant le second tour à minimiser l'impact de l'ex-chef d'Etat dans ce scrutin.

A droite, l'élection départementale vient de rabattre les cartes. Reste à savoir quel candidat va tirer la bonne.

Lu sur Francetv info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !