Déficit public : la France ne passera pas sous la barre des 3% en 2017, selon Bruxelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Déficit public : la France ne passera pas sous la barre des 3% en 2017, selon Bruxelles
©Reuters

Mauvaise nouvelle...

Déficit public : la France ne passera pas sous la barre des 3% en 2017, selon Bruxelles

La Commission européenne estime que le gouvernement est trop optimiste dans ses prévisions et établit le déficit public à 3,2% en 2017.

Trop prudente la commission ? Dans ses nouvelles prévisions économiques, Bruxelles estime que la France ne peut pas tenir ses objectifs en matière de déficit public. Alors que le gouvernement table sur un déficit de 3,3% cette année et moins de 3% en 2017, la Commission européenne penche plutôt sur 3,4% cette année et 3,2% en 2017, soit au-dessus de la fameuse barre prévue par les textes et promise par le gouvernement pour éviter les sanctions. Si les commissaires européens constatent que les nouvelles dépenses en matière de sécurité vont peser sur la note, ils n'ont pas pris en compte les mesures pour l'emploi annoncées par François Hollande, faute de "de données suffisamment précises." De la même façon, Bruxelles a revu à la baisse la prévision de croissance du pays, prévue initialement à 1,4% cette année et désormais à 1,3%. Aucun changement en revanche pour 2017 (1,7%).

La politique gouvernementale n'est pas seule fautive : les attentats et les soubresauts de l'économie mondiale freinent la reprise française. De façon générale, la France reste dans la moyenne générale : l'Allemagne prévoit une croissance 1,8% tant pour 2016 que pour 2017. Le Royaume-Unis grimpe à 2,1% tandis que l'Italie peine à décoller avec une croissance de 1,4% en 2016 et 1,3% en 2017. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !