Déchéance de nationalité : Fillon dénonce une "réforme bancale" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Quant à l'état d'urgence, François Fillon estime que "cette mesure constitutionnelle n'est pas indispensable".
Quant à l'état d'urgence, François Fillon estime que "cette mesure constitutionnelle n'est pas indispensable".
©Reuters

Critique

Déchéance de nationalité : Fillon dénonce une "réforme bancale"

"Ce qui doit être sanctionné, c'est l'acte terroriste, pas le lieu de naissance de son auteur ou de ses parents. Je ne me satisfais pas de cette réforme bancale qui marque une forme d'impuissance", estime le député Les Républicains de Paris.

Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Le Point et publié ce jeudi, l'ancien Premier ministre s'attaque à la possibilité de déchoir de la nationalité française les citoyens binationaux condamnés dans des dossiers terroristes, évoquant notamment une "réforme bancale". François Fillon juge nécessaire que "l'on explore toutes les solutions", afin que la déchéance de nationalité s'applique "sans exception" à tous les individus condamnés pour des actes de terrorisme.

"Ce qui doit être sanctionné, c'est l'acte terroriste, pas le lieu de naissance de son auteur ou de ses parents. Je ne me satisfais pas de cette réforme bancale qui marque une forme d'impuissance", lance le député Les Républicains de Paris, qui dénonce "une réforme anecdotique dans la lutte contre le totalitarisme islamique", ou encore "un écran de fumée".

Quant à l'état d'urgence, François Fillon estime que "cette mesure constitutionnelle n'est pas indispensable". "J'attendrai le débat parlementaire pour me prononcer, mais je mets des conditions à mon vote : qu'une commission d'enquête soit mise en place sur les attentats et, s'agissant de la déchéance, que l'on explore toutes les solutions permettant d'exclure de la communauté nationale tous ceux qui auraient commis un crime terroriste sans exception", poursuit-il. Plus tôt cette semaine, Nicolas Sarkozy s'est prononcé contre l'extension de la déchéance de nationalité à tous les Français, d'après des participants au bureau politique des Républicains.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !