Décès de nourrissons à Chambéry : une enquête va être ouverte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a affirmé que les poches alimentaires mises en causes ont toutes "été retirées"
Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a affirmé que les poches alimentaires mises en causes ont toutes "été retirées"
©Reuters

Drame

Décès de nourrissons à Chambéry : une enquête va être ouverte

Selon Marisol Touraine, la ministre de la Santé, les poches alimentaires mises en causes ont toutes "été retirées".

Début décembre à l’hôpital de Chambéry, trois nourrissons sont morts dans des circonstances qui laissent à penser que des poches alimentaires pourraient être en cause. Dès lors, les parents ont décidé de porter plainte ce vendredi pour que "ça n'arrive plus jamais". Face a cette situation polémique, le gouvernement a été dans l’obligation de réagir. Ainsi,  ce samedi sur les ondes d’Europe 1, la ministre de la Santé Marisol Touraine a assuré que "tous les lots" de poches de nutriments mises en cause avaient été "retirés".

Pour rappel, les trois nourrissons, dont deux prématurés, étaient hospitalisés dans le service de réanimation néonatale de l'hôpital. Ils sont morts les 6, 7 et 12 décembre à la suite d'une dégradation brutale de leur état général. Un quatrième, qui présentait des symptômes identiques, a pu être sauvé in extremis. C’est pourquoi, le parquet de Chambéry a ouvert une enquête, indiquant samedi qu'il ne communiquerait plus sur ce dossier avant la semaine prochaine au plus tôt. "L'enquête porte sur une éventuelle contamination par des poches alimentaires pour alimenter les enfants par perfusion", a expliqué Fabienne Moulinier, vice-procureure à Chambéry.

"On n'est pas certain à ce jour que la responsabilité de l'hôpital soit établie. Il faut remonter toute la chaîne de production de ces produits et faire des analyses", a-t-elle précisé. "C'est une enquête très technique et qui va demander du temps", a-t-elle insisté. Le père d'un des nourrissons mort a indiqué que les poches contaminées venaient d'un lot de 137 poches, dont 102 ont été détruites ou utilisées.

"Il n'y a plus dans les hôpitaux de produits semblables à ceux qui ont été utilisés à Chambéry", a donc certifié ce samedi Marisol Touraine. Et d’ajouter :  "Je n'ai connaissance d'aucun autre élément grave, accident grave qui aurait pu être provoqué par l'utilisation de produits similaires".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !