Débat sur les armes à feu aux Etats-Unis : Obama reçoit une lettre empoisonnée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Barack Obama aurait reçu une lettre de menaces
Barack Obama aurait reçu une lettre de menaces
©

Comme une lettre … au poste

Débat sur les armes à feu aux Etats-Unis : Obama reçoit une lettre empoisonnée

Le maire de New York, Michael Bloomberg, avait également reçu une lettre de menaces en plein débat sur les armes à feu.

Décidément, le débat sur les armes à feu est électrique. Barack Obama aurait en effet reçu une lettre de menaces, interceptée par les autorités ce jeudi. Les services de contrôle du courrier de la Maison Blanche ont en effet remis la lettre à une unité de l'antiterrorisme, liée au FBI. L'Agence fédérale américaine, ou Secret service, a annoncé que le courrier était piégé à la ricine, un poison violent.

Quelques heures auparavant, c'est le maire de New York, Michael Bloomberg qui avait reçu deux lettres à la ricine. Selon un porte-parole de la police de New York, les deux lettres proféraient des menaces à l'encontre du maire et faisaient clairement allusion à son initiative de lutte contre la circulation illégale des armes aux Etats-Unis. 

Rappelons que le mois dernier, des lettres empoisonnées avaient déjà été envoyées au président Barack Obama ainsi qu'à un sénateur et un juge de l'Etat du Mississippi. Un premier suspect avait été arrêté puis mis hors de cause avant l'interpellation d'un deuxième suspect car des traces de ricine avaient été retrouvées dans sa salle d'arts martiaux. "Pourquoi ont-ils fait ça, je ne sais pas. La lettre faisait clairement référence à nos efforts contre les armes à feu. Mais il y a 12 000 personnes qui vont être tuées cette année par des armes à feu, et 19 000 qui vont se suicider avec des armes à feu, et nous n’allons pas arrêter nos efforts", a déclaré Michael Bloomberg qui a affirmé ne pas "être en colère. Il y a des gens qui font des choses irrationnelles, qui sont mauvaises".

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !