De plus en plus de bébés abandonnés, la faute à la crise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
De plus en plus de 
bébés abandonnés, 
la faute à la crise
©

Petit poucet

De plus en plus de bébés abandonnés, la faute à la crise

La Grèce atteint le triste record de 1 200 bébés abandonnés, rien que l'année dernière.

 Les parents n'ont plus les moyens de nourrir ni de prendre soin de leurs enfants. Dans une Europe en crise, le nombre de bébés abandonnés aux portes des églises ou dans des centres sociaux augmente – atteignant des records en Grèce (1200 bébés et enfants) et en Italie (750), rien que pour l'année dernière. Un phénomène évoqué par The Daily Beast.

 Les "boîtes à bébé" se multiplient dans toute l'Europe. Ce sont les versions modernes des "roues de l'enfant trouvé" du Moyen-âge. A l'époque, les mères romaines plaçaient leur progéniture non désirée dans une sorte de cylindre, puis tournaient celui-ci pour que l'enfant accède à l'édifice (généralement une église). Beaucoup de ces bébés abandonnés étaient le fruit de relations adultères.

Difficile de trouver des statistiques fiables, puisque chaque hôpital a sa politique de confidentialité. En tout cas le nombre d'enfants à adopter a augmenté de 20% en Italie et en Grèce, sur deux ans, selon Caritas et SOS Villages. Ces deux organismes ont lancé un programme commun visant à aider les familles qui luttent pour ne pas avoir recours à l'abandon.  

"A moins que l'on ne trouve une solution, les enfants et les familles continueront à souffrir de cette nouvelle pauvreté" affirme Luca Taborelli, qui s'occupe de la partie grecque du programme. "C'est important, en particulier chez les nourrissons, parce que les parents ne peuvent plus les nourrir".

Les nouveaux-nés ne connaîtront probablement jamais l'identité de leurs vrais parents. Et leur adoption devrait prendre quelques mois. Mario, un bébé milanais abandonné dans un hôpital et qui a fait les gros titres de la presse récemment, a fait l'objet de plus de 500 demandes d'adoption. Son cas souligne à quel point l'austérité et la pauvreté peut avoir des effets dévastateurs sur les jeunes citoyens européens de demain.

L'abandon d'enfant dans l'Union Européenne est un crime passible de prison et d'amendes. Mais beaucoup de pays passent l'éponge sur ces crimes lorsque l'enfant est laissé pour des raisons économiques, dans des endroits sécurisés (comme une école ou une église).    

Onze pays européens sur 27 autorisent l'utilisation de "boîtes à bébé" (Autriche, Belgique, République Tchèque, Allemagne, Hongrie, Italie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Portugal, Slovaquie). Dans beaucoup de pays, les parents ont 90 jours pour se raviser et réclamer leur bébé, s'ils changent d'avis.

Lu sur The Daily Beast

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !