Davos : Manuel Valls alerte sur une possible "dislocation" de l'Union européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Davos : Manuel Valls alerte sur une possible "dislocation" de l'Union européenne
©Reuters

Mise en garde

Davos : Manuel Valls alerte sur une possible "dislocation" de l'Union européenne

Interrogé sur un éventuel accord à venir avec le Royaume-Uni, Manuel Valls a indiqué qu'il faudrait "plus de temps" pour éviter un Brexit.

Manuel Valls est inquiet. En déplacement au forum économique de Davos en Suisse, le Premier ministre a dit vouloir éviter un Brexit qui selon lui, pourrait "disloquer" l'Union européenne. Interrogé sur un éventuel accord à venir avec le Royaume-Uni, Manuel Valls a indiqué qu'il faudrait "plus de temps".  "Les discussions commencent là depuis peu. Au delà des discours, il faut pouvoir le faire sur des bases concrètes spécifiques. La France souhaite qu'un accord soit possible mais encore une fois pas à n'importe quelle condition".

Evoquant le risque d'une "dislocation du projet européen" dans "les mois qui viennent", Manuel Valls a également abordé des thèmes tels que la "crise des réfugiés, le terrorisme et la montée des populismes". L'équipe du Premier ministre avait avancé mercredi, que la France serait représentée au forum de Davos et qu'elle délivrerait un "message d'alerte" sur l'Europe. C'est donc sans surprise que Manuel Valls a particité à un débat sur l'avenir du continent en présence de son homologue grec Alexis Tsipras et du ministre des Finances allemand Wolfgang Schaüble. Le Premier ministre britannique David Cameron doit lui aussi s'exprimer ce jeudi sur la place de son pays dans le monde, alors que la tenue d'un référendum pour ou contre un Brexit est au coeur de tous les débats au Royaume-Uni.
 

Lu sur L'express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !