Cumul des mandats : Copé soutient Rebsamen qui refuse d'abandonner sa mairie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-François Copé prend partie sur le débat du non cumul des mandats
Jean-François Copé prend partie sur le débat du non cumul des mandats
©

Fronde

Cumul des mandats : Copé soutient Rebsamen qui refuse d'abandonner sa mairie

En refusant d'appliquer les consignes de non-cumul des mandats, le maire de Dijon "dit tout haut ce que tout le monde pense" selon Copé.

François Rebsamen a reçu l'appui de Jean-François Copé, contre la première secrétaire du PS Martine Aubry. Le maire de Dijon avait défié mardi la patronne du PS en refusant d'appliquer ses consignes de non-cumul des mandats : "Le non-cumul des mandats? Pas pour moi", a-t-il déclaré sur RMC. Dans une lettre adressée aux députés socialistes, la première Secrétaire du parti les avait exhortés "à respecter l'engagement pris lors de son investiture et à démissionner au plus tard en septembre 2012 de leur mandat exécutif local". 

Mais pour Jean-François Copé, le patron des sénateurs socialistes a "dit tout haut ce que tout le monde pense, à gauche comme à droite" en s'opposant à la règle du non-cumul des mandats.

"On a là un beau sujet d'hypocrisie sur la table, un feuilleton avec des épisodes quotidiens. Nous avons eu la même chose avec le nucléaire, le cannabis, les Roms... Voilà que surgit le débat sur le cumul des mandats. C'était d'ailleurs à prévoir", a-t-il déclaré lors de son point presse hebdomadaire. 

Dans une lettre adressée aux députés socialistes, la première Secrétaire du parti les avait invités "à respecter l'engagement pris lors de son investiture et à démissionner au plus tard en septembre 2012 de leur mandat exécutif local". 

Lu sur La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !