Cuba : un avion au départ de la Havane se crashe avec 104 personnes à bord | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Cuba : un avion au départ de la Havane se crashe avec 104 personnes à bord
©Adalberto ROQUE / AFP

Drame

Cuba : un avion au départ de la Havane se crashe avec 104 personnes à bord

Un avion de la compagnie aérienne Cubana de Aviacion s'est écrasé dans un champ peu après son décollage de l'aéroport de La Havane, avec 104 personnes à bord, rapporte BFMTV. Tous n'ont pas péri dans le crash.

Un appareil de compagnie Cubana de Aviacion, transportant 104 passagers, s'est crashé ce vendredi 18 mai, non loin de l'aéroport Jose Morti de La Havane, d'où il venait de décoller quelques minutes plus tôt, relate BFMTV.

L'agence d'Etat Prensa latina a fait état d'un "accident" survenu "près de l'aéroport international", tandis que des témoins ont indiqué à l'AFP qu'un Boeing 747, qui prenait la direction d'Holguin, à l'est du pays, s'était écrasé alors qu'il entamait son premier virage. C'est donc non loin des pistes, dans un champ, que l'appareil s'est crashé. On pouvait alors observer une épaisse colonne de fumée s'élever à proximité de l'aéroport.

Trois survivants entre la vie et la mort

Le président cubain Miguel Díaz-Canel, qui a succédé à Raul Castro, s'est immédiatement rendu sur les lieux du crash, évoquant un "nombre élevé" de victimes. "Un regrettable accident aérien est survenu. Les nouvelles ne sont pas encourageantes, il semble qu'il y ait un nombre élevé de victimes", a-t-il déclaré. Miraculeusement, tous les passagers de l'appareil n'ont pas péri dans l'accident. Trois survivants ont été hospitalisés "dans un état critique", selon un média cubain. Ils sont actuellement entre la vie et la mort.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !