Crise diplomatique entre l'Arabie saoudite et l'Iran : Ryad suspend ses liaisons aériennes avec Téhéran | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crise diplomatique entre l'Arabie saoudite et l'Iran : Ryad suspend ses liaisons aériennes avec Téhéran
©

Escalade

Crise diplomatique entre l'Arabie saoudite et l'Iran : Ryad suspend ses liaisons aériennes avec Téhéran

Les tensions ne cessent de s'aggraver entre les deux pays depuis l’exécution saemdi de l'imam Nimr al Nimr.

Les tensions ne cessent de s'accumuler dans le monde musulman après l'exécution ce samedi par l'Arabie Saoudite de l'imam chiite Nimr al Nimr. La décision a provoqué une immense vague de colère en Iran, où l'ambassade saoudienne a été incendiée.

Après avoir rompu ses déclarations diplomatiques avec l'Iran, l'Arabie saoudite a annoncé ce lundi la suspension de ses liaisons aériennes et de tous ses liens commerciaux avec la République islamique. Le ministre des Affaires étrangères a également déclaré que les ressortissants saoudiens avaient désormais interdiction de se rendre en Iran. En revanche, les pèlerins iraniens  restent les bienvenus à La Mecque et à Médine. Le chef de la diplomatie saoudienne a aussi qualifié le cheikh Nimr de "terroriste" impliqué dans des attentats.

Le conflit ne se limite pas aux deux grosses puissances régionales L’exécution de cheikh Nimr a immédiatement provoqué des mouvements de colère parmi la communauté chiite dans plusieurs pays, notamment en Irak, au Yémen, au Liban, à Bahreïn ainsi qu’au Pakistan.

Par ailleurs, le royaume de Bahreïn a emboîté le pas à l’Arabie saoudite en annonçant, lundi 4 janvier, la rupture de ses relations diplomatiques avec l’Iran, suivi par le Soudan. Les Emirats arabes unis ont, quant à eux, rappelé leur ambassadeur à Téhéran et réduit les liens diplomatiques.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !