Crise des migrants : la Hongrie va construire une nouvelle barrière | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Crise des migrants : la Hongrie va construire une nouvelle barrière
©Capture / Dailymotion

Anti-migrants

Crise des migrants : la Hongrie va construire une nouvelle barrière

La barrière sera "dotée des équipements techniques les plus modernes" et viendra s’ajouter le long de l’actuelle clôture. Le Premier Ministre hongrois veut aussi recruter 3 000 policiers supplémentaires pour assurer la sécurité de la frontière.

Ce vendredi 26 août, le Premier Ministre hongrois, Viktor Orban, a annoncé la construction d’une seconde barrière anti-migrants afin de renforcer celle qu’il avait fait construire à la frontière avec la Serbie, il y a un an. 

L'objectif de cette mesure : éviter le risque d’un nouvel afflux de migrants. Viktor Orban considérait ces derniers comme "un poison" pour son pays. 

La barrière sera "dotée des équipements techniques les plus modernes" et viendra s’ajouter le long de l’actuelle clôture qui longe les 175 kilomètres de frontière avec la Serbie. 

Référendum national en octobre

Orban, qui avait déjà annoncé que le gouvernement allait recruter 3 000 policiers supplémentaires pour assurer la sécurité de la barrière estime que "la frontière ne peut pas être protégée avec des fleurs et des doudous, elle doit l’être par des policiers, des soldats et des armes". 

Le Premier ministre hongrois justifie cette nouvelle barrière par sa crainte de voir l’accord conclu en mars entre l’Union Européenne et la Turquie pour endiguer le flot de réfugiés être dénoncé. Une situation qui découlerait selon lui sur une nouvelle vague de "centaines de milliers de migrants".

De plus, Viktor Orban a convoqué un référendum national le 2 octobre dans le but de légitimer son refus d’accueillir les réfugiés, et ainsi de se soustraire au plan européen de répartition adopté en 2015.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !