Crise de régime : Jean-Christophe Cambadélis accuse les "réseaux et les amis" de Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Christophe Cambadélis pointent du doigt les Sarkozystes
Jean-Christophe Cambadélis pointent du doigt les Sarkozystes
©Flickr

ça va loin

Crise de régime : Jean-Christophe Cambadélis accuse les "réseaux et les amis" de Nicolas Sarkozy

Le patron du PS a estimé que la "question de la dissolution, voire de la démission (de François Hollande) ne se pose pas".

Jean-Christophe Cambadélis a trouvé sa cible : "les Sarkozystes". Dans un entretien accordé ce vendredi à l'AFP, le Premier secrétaire du PS juge que les "réseaux et les amis" de Nicolas Sarkozy sont les causes de tous les maux actuels et les accuse de miser sur une "crise de régime" pour faire de l'ancien président un "recours".

"La question de la dissolution (de l'Assemblée nationale, NDLR), voire de la démission (de François Hollande) ne se pose pas. Parce que, malgré la tempête, le président de la République tient bon" a-t-il expliqué. "À quoi joue-t-on dans le moment présent, vu les crises des formations politiques républicaines ?" a soutenu le patron du PS qui craint que Marine Le Pen ne soit propulsée à l'Élysée. "Il ne faut pas être naïfs. Derrière tout cela, il y a la campagne des réseaux et des amis de Nicolas Sarkozy qui jouent la crise de régime pour pouvoir faire de Nicolas Sarkozy le recours au moment où celui-ci se présentera" a estimé Cambadélis. 

Ces déclarations font écho aux dernières réactions d'Hervé Mariton et de Guillaume Peltier qui ont jugé en début de semaine qu'en cas de dissolution de l'Assemblée, "il faudrait tout faire pour pousser François Hollande à la démission". Une intention que le président n'a visiblement pas. Aux Pays-de-Galles, il a affirmé ce vendredi qu'il irait "jusqu'au bout".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !