Crash du vol MH17 : l'émotion des proches des victimes après le traitement "inhumain" des corps par les séparatistes pro-russes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les corps des victimes ont été placés dans un train
Les corps des victimes ont été placés dans un train
©Reuters

Morbide

Crash du vol MH17 : l'émotion des proches des victimes après le traitement "inhumain" des corps par les séparatistes pro-russes

Pendant trois jours et sous un soleil de plomb, les dépouilles des 298 victimes de l'attentat ont été laissées là où elles sont tombées, dans un champ de l'Est de l'Ukraine.

Les images choquent. Les 282 corps des victimes de la catastrophe du vol MH17 de la Malaysia Airlines qui ont été retrouvés, étaient empilés ce lundi dans un wagon de train réfrigéré. Ils ont été placés dans ce train après s'être décomposés durant 72 heures au soleil, à une chaleur atteignant les 30 degrés, près du village où ils se sont crashés.

Car c'est seulement ce week-end qu'une première opération de nettoyage a été entreprise. Les corps ont été enveloppés dans du plastique noir et alignés sur le bord d'une route avant d'être entassés dans de vieux camions et avant d'être disposés dans des trains réfrigérés en attendant une autorisation de rapatriement, les victimes étant étrangères. D'après un témoin sur place, le système de réfrigération à bord des wagons n'aurait même pas fonctionné.

La façon dont les corps ont été traités a rapidement suscité l'émoi ainsi que l'indignation totale des proches des victimes, qui ont qualifié l'opération "d'humiliante" et "d'inhumaine". Ce lundi, un dirigeant des rebelles pro-russes a déclaré que le train où les corps sont entreposés ne partirait pas tant qu'il n'était pas accompagné d'experts internationaux. "Nous enverrons le train sous contrôle international, nous n'avons pas confiance en la partie adverse", a expliqué Alexandre Borodai, le leader de la République autoproclamée de Donetsk. Celui-ci craint que le gouvernement ukrainien se mêle de l'affaire, après avoir lancé une "opération antiterroriste" contre les séparatistes de l'Est de l'Ukraine.

Les dépouilles doivent être emmenées à Amsterdam où elles subiront une autopsie poussée. Cependant, l'enquête serait aussi retardée à cause de la gestion du site qui laisserait à désirer.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !