Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
©Thomas SAMSON / AFP

Brétigny-sur-Orge

Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation

Les employés d’Amazon en France sont confrontés à la crise sanitaire du coronavirus. Des cas ont été confirmés sur le site de Brétigny-sur-Orge. L’un des salariés aurait été placé en réanimation.

Selon des informations du Figaro, quatre cas de coronavirus ont été confirmés sur le site de Brétigny-sur-Orge au sein de l’entreprise Amazon. Un salarié du groupe, qui travaillait dans l'entrepôt de Brétigny-sur-Orge, aurait été placé en réanimation, selon les informations de CGT Amazon Logistique, confirmées par Amazon France. Selon la firme, quatre personnes ont donc été testées positives sur ce même site.

Amazon avait récemment décidé d’interrompre les commandes et les livraisons les moins prioritaires en Italie et en France face à l’ampleur de la crise sanitaire du coronavirus. 

Certains salariés inquiets ont demandé à exercer leur droit de retrait depuis de nombreux jours. Le taux d'absentéisme a fortement augmenté depuis le début de la crise. Il serait de 50% selon les syndicats, et de 20% selon la direction, d’après des précisions du Figaro. L'entreprise a décidé de recruter des intérimaires en cette période délicate.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait d’ailleurs dénoncé au début de la crise les "pressions inacceptables" que pouvaient subir les salariés. 

Amazon tente de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de ses salariés.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !