Covid-19 : des médecins décident de porter plainte contre Agnès Buzyn et Edouard Philippe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Covid-19 : des médecins décident de porter plainte contre Agnès Buzyn et Edouard Philippe
©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Fin de la polémique ?

Covid-19 : des médecins décident de porter plainte contre Agnès Buzyn et Edouard Philippe

Trois médecins, représentants d'un collectif de soignants, ont décidé de porter plainte jeudi contre le Premier ministre Edouard Philippe et l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn. Les médecins les accusent de s'être "abstenus" de prendre à temps des mesures pour endiguer l'épidémie de Covid-19.

Après les propos d’Agnès Buzyn sur le Coronavirus dans les colonnes du Monde et le début de polémique sur une éventuelle inaction d’Edouard Philippe et d’Emmanuel Macron, des médecins ont décidé de réagir sur le plan judiciaire. Trois médecins, des représentants d'un collectif de soignants, ont décidé de porter plainte jeudi contre le Premier ministre et l'ancienne ministre de la Santé. 

Cette plainte a été envoyée à la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR). Selon des informations de L'Obs et de CNews, cette instance est la seule habilitée en France à juger des actes commis par des membres du gouvernement dans l'exercice de leurs fonctions. 

Les trois plaignants - Philippe Naccache, Emmanuel Sarrazin et Ludovic Toro, tous trois médecins - ont saisi la CJR au nom du collectif C19. 

Ils considèrent qu’Edouard Philippe et Agnès Buzyn "avaient conscience du péril et disposaient des moyens d’action, qu’ils ont toutefois choisi de ne pas exercer".

Ils s'appuient sur les déclarations d'Agnès Buzyn auprès du journal Le Monde. Elle a affirmé avoir alerté dès janvier le Premier ministre sur la gravité de l'épidémie de Coronavirus et sur l’impossibilité de maintenir les élections municipales. 

Les plaignants accusent Edouard Philippe et Agnès Buzyn de s'être abstenus "volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant [...] de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes",  ce qui est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

L'avocat du collectif de médecins, Maître Fabrice Di Vizio, s'est confié à la rédaction du Parisien sur les motivations et les raisons de cette plainte

L'Obs

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Le cas Buzyn ou la mise sous assistance respiratoire de la promesse d’efficacité du gouvernementPropos d'Agnès Buzyn sur l'épidémie de Covid-19 : le casse-tête juridique pour le gouvernement Covid-19 : les vives critiques de l'opposition après les propos alarmants d'Agnès BuzynAgnès Buzyn s'exprime sur le Covid-19 et livre des confessions accablantes sur l’épidémie

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !