Covid-19 : 53% des Français opposés à une application de traçage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Covid-19 : 53% des Français opposés à une application de traçage
©HECTOR RETAMAL / AFP

Craintes sur la vie privée

Covid-19 : 53% des Français opposés à une application de traçage

Le traçage numérique ne convainc pas les Français, selon un sondage Ifop pour la Fondation Jean Jaurès.

Le traçage numérique aura du mal à s'imposer s'il n'est que volontaire : en effet, moins d'un Français sur deux est prêt à télécharger sur son téléphone portable la future application StopCovid, destinée à les avertir lorsqu’ils ont croisé une personne contaminée, selon un sondage Ifop pour la Fondation Jean Jaurès paru dans le JDD.

D'après cette étude, 53% des Français sont hostiles à un dispositif obligatoire et imposé par les autorités sanitaires. 47% y sont favorables, mais si l’installation de l’application était volontaire, ils ne seraient que 46% à accepter de l’installer. 45% ne le feraient pas, ce qui risque de réduire d’autant l’efficacité du dispositif.

Le sondage montre trois clivages. D'abord politique : les partisans de la France Insoumise seraient 68% à en rejeter le principe, tandis que 61% des sympathisants de la République en Marche y seraient favorables. De zone d'habitation, ensuite : les ruraux ne sont que 37% à être prêts à télécharger l’application, contre 50% des urbains. Enfin, d'âge : 50% des moins de 35 ans sont prêts à adopter l'application, contre 44% des 65 ans et plus. 

Selon cette enquête, d'autres mesures sont plus acceptées : 95% des Français sont favorables à l’interdiction de cracher sur la voie publique et 93% se déclarent pour l’obligation de se couvrir le visage au moment de tousser. 79% sont d’accord pour porter un masque.

Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !