Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Olivier Véran ministre de la Santé isolement des malades contaminations inquiétude des variants
©Thomas SAMSON / AFP / POOL

Variants

Covid-19 : Olivier Véran précise que la durée de l'isolement des personnes contaminées sera allongée à 10 jours dès lundi

Le ministre de la Santé a fait un nouveau point sur la crise sanitaire ce jeudi lors d’une conférence de presse. La durée d’isolement des personnes touchées par la Covid-19 passera de sept à dix jours dorénavant, suite à la part de variants « élevée dans les contaminations ». La durée d'isolement restera de sept jours pour les cas contacts.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, s’est exprimé sur la crise sanitaire ce jeudi 18 février. Lors de cette nouvelle conférence de presse, il a annoncé que la durée d'isolement des patients positifs « passera à compter de lundi de sept à dix jours. Elle restera en revanche de sept jours pour les cas contacts ».

Cette décision a été prise en raison de la part « élevée » des variants dans les contaminations.

Selon Olivier Véran, « la partie n'est pas encore gagnée » face à l'épidémie. « Nous devons encore tenir ensemble, faire reculer vraiment le virus. Les prochaines semaines seront décisives ».

Le gouvernement espère ouvrir la vaccination aux personnes de 65 à 74 ans « entre fin mars et la mi-avril, en fonction du nombre de personnes de plus de 75 ans qui auront fait le choix de se faire vacciner ».

Actuellement, 36% des tests positifs « correspondent à des variants dits britanniques » et « 5% correspondent à des variants dits brésilien ou sud-africain », selon les précisions d’Olivier Véran. Il y a une semaine, la part du variant britannique du SARS-CoV-2 était de « 20 à 25% ».

Selon le ministre de la Santé, « si nous n'avons pas connu de troisième vague, nous ne sommes pas sortis de la deuxième. Il est toujours nécessaire de déprogrammer un certain nombre de soins. (…) Rien ne serait pire de lever les contraintes au mauvais moment, trop tôt. Relâcher les contraintes maintenant ce serait prendre le risque d'avoir de nouvelles contraintes ensuite ».

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !