Coronavirus : Gérard Larcher estime que la crise a été gérée "par l'approximation" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Coronavirus : Gérard Larcher estime que la crise a été gérée "par l'approximation"
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Déconfinement

Coronavirus : Gérard Larcher estime que la crise a été gérée "par l'approximation"

Le président du Sénat, Gérard Larcher, s’est confié sur la crise du coronavirus dans les colonnes du JDD. Il a critiqué la gestion de l’épidémie de coronavirus par le gouvernement et a notamment regretté "les prises de paroles incessantes et contradictoires [qui] troublent les Français".

Le président du Sénat, Gérard Larcher, s’est confié au JDD dans un long entretien publié en ce dimanche 26 avril. Alors qu’il avait été critiqué pour sa position sur les élections municipales et le maintien du premier tour controversé, Gérard Larcher estime que "la pénurie, le manque de masques et de tests" ont été "gérés par l'approximation". 

"On a géré la pénurie, le manque de masques et de tests par l'approximation et parfois par l'omission".

Le président du Sénat a reproché "les prises de paroles incessantes et contradictoires" du gouvernement et des ministres en pleine crise du coronavirus.

"Les Français pensent qu'on ne leur a pas dit la vérité. On ne pouvait pas leur dire que le port du masque était inutile. On ne pouvait pas leur dire que le dépistage massif n'était pas indispensable. Certes, il est toujours facile de jeter la pierre, mais je crains que cette confusion ait un peu plus contribué à une société de défiance vis-à-vis de la parole publique, y compris scientifique".

Lors de cet entretien, Gérard Larcher a précisé qu’il avait "demandé au président de la République qu'il y ait un débat global sur le déconfinement", et qu’il devrait avoir lieu "au plus tard le 5 mai".

Gérard Larcher s’est aussi exprimé sur les outils pour lutter efficacement contre une éventuelle deuxième vague, comme la méthode du traçage : 

"Pourquoi pas ? Mais si nous n'avons ni masques ni tests, il ne nous protègera pas du Covid-19". 

Pour obtenir la garantie d’une réussite du plan global du déconfinement, qui sera dévoilé mardi par le Premier ministre, Gérard Larcher a rappelé trois exigences essentielles : "progressivité, territorialisation et réactivité". Gérard Larcher plaide aussi pour une meilleure coopération entre Etat et collectivités territoriales.

"La réponse ne peut être que dans la différenciation. Si elle est la même partout, le risque d'échec est majeur. La gestion doit être déconcentrée : les préfets doivent avoir autorité sur tous les services de l'Etat. Elle doit aussi être décentralisée. Sans les régions, on ne sait pas relancer l'économie, gérer les transports et les lycées".

Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !