Corée du Nord : Kim Jong-un déclare que son pays est « prêt à déployer » des armes nucléaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Kim Jong-un a déclaré être « prêt à déployer » sa force de dissuasion nucléaire en cas d’affrontement militaire futur avec les Etats-Unis et la Corée du Sud.
Kim Jong-un a déclaré être « prêt à déployer » sa force de dissuasion nucléaire en cas d’affrontement militaire futur avec les Etats-Unis et la Corée du Sud.
©Anthony WALLACE / AFP

Conflit avec les Etats-Unis

Corée du Nord : Kim Jong-un déclare que son pays est « prêt à déployer » des armes nucléaires

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a déclaré être « prêt à déployer » sa force de dissuasion nucléaire en cas d’affrontement militaire futur avec les Etats-Unis et la Corée du Sud.

Kim Jong-un a évoqué le potentiel militaire de la Corée du Nord lors d’un récent discours. Le dirigeant nord-coréen a déclaré que son pays était « prêt à déployer » sa force de dissuasion nucléaire en cas d’affrontement militaire futur avec les Etats-Unis et la Corée du Sud :

« La force de dissuasion nucléaire de notre pays est prête à mobiliser sa puissance absolue de manière fiable, précise et rapide, conformément à sa mission », a précisé Kim Jong-un dans un discours prononcé mercredi, selon l’agence officielle Korean Central News Agency de Pyongyang.

Les forces armées du pays sont « parfaitement préparées » à « faire face à tout affrontement militaire avec les Etats-Unis », a-t-il indiqué.

Il s’est exprimé devant des vétérans de la guerre de Corée de 1950-1953, à l’occasion des célébrations du « Jour de victoire » marquant l’armistice.

En juin dernier, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont menacé le régime de Pyongyang d’une riposte « rapide » avec plus de sanctions et même une révision de la « posture militaire » américaine en cas d’un nouvel essai nucléaire de la Corée du Nord.

Cette semaine, l’armée américaine a organisé des exercices de tir réel en Corée du Sud avec des hélicoptères d’attaque Apache pour la première fois depuis 2019.

Lors de son discours, Kim Jong-Un a également critiqué le nouveau président conservateur sud-ucoréen Yoon Suk-yeol, qui a pris ses fonctions en mai et a promis de se montrer plus ferme à l’égard de son voisin du Nord :

« Parler d’une action militaire contre notre nation, qui possède des armes absolues qu’ils craignent le plus, est absurde et constitue une action autodestructrice très dangereuse ».

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !