Corée du Nord : ultimatum de Pyongyang, la Corée du Sud se dit "inquiète" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Corée du Nord menace toujours d'entrer en guerre
La Corée du Nord menace toujours d'entrer en guerre
©Reuters

Menaces

Corée du Nord : ultimatum de Pyongyang, la Corée du Sud se dit "inquiète"

Si la Corée du Sud veut vraiment le dialogue et les négociations, "elle devrait s'excuser pour toutes les actions hostiles à la Corée du Nord" a indiqué Pyongyang.

Toujours pas d'actes mais la menace perdure. La Corée du Nord poursuit son opération "intimidation" entamée il y a quelques semaines. Pyongyang a en effet adressé un nouvel ultimatum à la Corée du Sud. Cette dernière a qualifié de "regrettable" cet acte. Les dirigeants nordistes menacent d'attaquer si le sud ne s'excuse pas des manifestations hostiles à leur régime.

"Il est regrettable que le Nord s'irrite d'informations parues dans la presse" et s'en serve pour "lancer des menaces à notre encontre", a déclaré devant des journalistes le porte-parole du ministère de la Défense de Corée du Sud. "Nous prendrons des représailles sévères et résolues en cas de provocations orchestrées quelles qu'en soient les raisons", a ajouté le porte-parole Kim Min-Seok.

Lundi, date du 101e anniversaire de la naissance du fondateur de la Corée du Nord et grand-père du dirigeant actuel, une quarantaine de manifestants à Séoul ont brûlé des portraits des dirigeants nord-coréens: le fondateur Kim Il-Sung, le fils Kim Jong-Il et le petit-fils Kim Jong-Un.

Qualifiant ces actes de "monstrueux" et "trois fois maudits", le commandement suprême de l'armée nord-coréenne a averti mardi que "(son) action de représailles débutera sans aucun avertissement à partir de maintenant tant que ces actes criminels blessant la dignité du commandement suprême de la Corée du Nord se poursuivront à Séoul". Malgré les menaces, les analystes soulignent que Pyongyang semble entrouvrir la porte du dialogue. "L'accent est à présent placé sur les conditions de reprise du dialogue et ça vaut la peine d'être noté", notait mardi Kim Yong-Hyun, expert sur la Corée du Nord à la Dongguk University à Séoul.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !