Corée du Nord : l'atroce exécution du ministre de la Défense au canon antiaérien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Corée du Nord : l'atroce exécution du ministre de la Défense au canon antiaérien
©Reuters

C'est canon

Corée du Nord : l'atroce exécution du ministre de la Défense au canon antiaérien

Le responsable aurait été accusé par le dirigeant du pays Kim Jong-un d'avoir sommeillé durant des défilés militaires.

Si d'aventure, vous vous rendez en Corée du Nord lors des prochains mois, buvez quelques litres de café avant d'aller assister à un défilé militaire. La recommandation peut paraitre incongrue, mais elle pourrait vous sauver la vie.

Jugez plutôt: à la fin du mois d'avril, Kim Jong-un, le dirigeant du pays, aurait fait exécuter pour insubordination son ministre de la Défense, Hyon Yong Chol. Son crime : avoir sommeillé lors de défilés militaires (et avoir critiqué le régime). La méthode : attaché sur un champ de tir, sous le feu d'un canon anti-aérien. L'exécution aurait eu lieu aux alentours du 30 avril, dans une académie militaire du nord de Pyongyang. Ce sont les renseignements sud-coréens qui ont révélé l'information (NIS).

Comme toutes informations venant de ce pays ultra-fermé, il est quasi impossible de confirmer la nouvelle. Mais si tel était le cas, cela confirmerait le caractère particulièrement impitoyable du jeune dictateur. Les Sud-Coréens avait déjà révélé que le fils de Kim Jong-il avait ordonné la mort de 15 responsables, dont deux vice-ministres, pour avoir remis en cause son autorité.

Certains experts estiment que ces exécutions sont synonymes d'une instabilité croissante du régime. Il se pourrait en effet qu'une féroce lutte de pouvoir fasse rage au sommet du régime de ce petit état  communiste, après la décision de Kim Jong-Un d'annuler une visite prévue à Moscou.

Cette exécution serait la dernière en date d'une véritable période de purge. Kim Jong-Un avait fait exécuter son oncle et ancien mentor, Jang Song-Thaek, accusé entre autres de corruption et de trahison. Jang avait aidé le dirigeant nord-coréen, alors jeune homme inexpérimenté, à consolider son pouvoir. Selon certains, le dictateur aurait peu goûté l'influence politique de son mentor.

Lu sur MyTF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !