Copé et Fillon confrontent leur vision de l’UMP devant les cadres du parti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Copé et Fillon confrontent leur vision de l’UMP devant les cadres du parti
©

Duel

Copé et Fillon confrontent leur vision de l’UMP devant les cadres du parti

Le secrétaire général de l'UMP veut créer les conditions d'une "vague bleue" en 2014.

François Fillon, candidat déclaré à la présidence de l’UMP et Jean-François Copé, candidat présumé, ont confronté leur vision du parti d'opposition à quatre mois du congrès lors d'une réunion des cadres départementaux, aujourd'hui, au siège à Paris.

"Dans l'opposition, il faut créer les conditions d'une vague bleue aux élections de 2014", a déclaré à sa sortie devant la presse Jean-François Copé, qui a animé cette réunion d'environ trois heures. François Fillon, de son côté, est arrivé pour la dernière heure.

Les secrétaires départementaux de l'UMP ont réaffirmé "leur attachement très fort à la cohésion et l'unité d'un grand parti de droite et de centre-droit", a ajouté Jean-François Copé. L'UMP a réaffirmé pendant cette réunion le bien-fondé de la stratégie du "ni-ni" face au Front national (ni alliance avec le FN, ni appel à voter à gauche). "Il y a eu un soutien unanime à la ligne que je défends", s'est félicité le député-maire de Meaux, alors que François Fillon s'est montré avare en déclarations à son arrivée comme à son départ.

Dans son allocution aux cadres, l'ancien Premier ministre est revenu sur le discours de politique générale prononcé par Jean-Marc Ayrault, qu'il a qualifié de "mystification". "C’est une longue litanie de mesures qui vont à l’encontre des objectifs affichés par le gouvernement. Le premier ministre, dans un accès de lucidité, a lui-même déclaré mardi: 'derrière les promesses, se préparent de nouvelles désillusions'. On ne peut mieux dire!' En réalité nous avons assisté cette semaine à l’annonce d’un désastre économique et social à venir", a-t-il assuré.
Et de tacler François Hollande, "élu par défaut avec le soutien de l’extrême gauche et la complicité de l’extrême droite. Il n’y a vraiment pas de quoi pavoiser !".

Lu sur l'Express.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !