Conflit syrien : l'ONU annonce une réunion en septembre pour une nouvelle constitution syrienne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Conflit syrien : l'ONU annonce une réunion en septembre pour une nouvelle constitution syrienne
©YURI KADOBNOV / AFP

Nouvelle chance

Conflit syrien : l'ONU annonce une réunion en septembre pour une nouvelle constitution syrienne

L'ONU a annoncé, aujourd'hui, dans un communiqué la tenue à Genève, en septembre, d'une réunion où sera discuté la formation d'un comité constitutionnel. Comité qui aura pour but de doter la Syrie d'une nouvelle constitution.

Iran, Russie et Turquie se retrouveront à Genève, début septembre, sous l'égide de l'ONU afin de discuter de la formation d'un comité constitutionnel chargé de doter la Syrie d'une nouvelle constitution.

L'émissaire de l'Onu sur la Syrie –Staffan de Mistura- a indiqué qu'il avait d'ores et déjà eu des consultations informelles à Sotchi, en Russie, avec des représentants russes, turcs et iraniens au sujet de ce comité qui sera, une fois mis-en-place, composé de représentations du gouvernement de Bachar El Asad et de l'opposition syrienne.

Dans son communiqué, l'ONU ajoute que "l'envoyé spécial a hâte d'organiser au tout début de septembre à Genève des consultations informelles avec la République islamique d'Iran, la Fédération de Russie et la République de Turquie, afin de finaliser le comité constitutionnel"

Aux yeux de l'émissaire de l'ONU,  cette réunion est "un élément clé" pour mettre un terme à un conflit ayant causé, depuis mars 2011, la mort de 350 OOO personnes. Depuis 2016, Staffan de Mistura a été à l'origine de neuf cycles de négociations indirectes entre régime et opposition. Négociations, qui jusqu'alors ont toutes échouées.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !