Comment les hommes politiques français s'enrichiraient auprès des pays du Golfe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Parmi les hommes politiques cités par le livre, on trouve Rachida Dati et Dominique de Villepin.
Parmi les hommes politiques cités par le livre, on trouve Rachida Dati et Dominique de Villepin.
©Reuters

L'aumône

Comment les hommes politiques français s'enrichiraient auprès des pays du Golfe

Georges Malbrunot et Christian Chesnot citent de nombreux exemples. En voici quelques uns tirés du livre qui seraient révélateurs d'après les auteurs des liaisons dangereuses qu'entretiennent les hommes politiques français avec les pays du Golfe.

Le nouveau livre de Georges Malbrunot et Christian Chesnot défend que non seulement le Qatar offrirait des cadeaux (des montres par exemple) et proposerait des financements de campagne électoral (un exemple est donné avec Marine le Pen, laquelle, décontenancée, aurait répondu "on verra" pour évacuer la question) mais aussi comment la classe politique française prendrait elle-même les pays du Golfe pour des distributeurs de billets.

On trouve dans le livre des plaintes d'hommes politiques français comme Dominique de Villepin parce que leurs voyages n'auraient pas été financés par les pays du Golfe ou alors dans des conditions manquant au standing qui leur serait dû, ou encore parce que le cadeau qui leur aurait été promis ne serait finalement pas arrivé.

Les auteurs citent l'exemple de Rachida Dati qui, parce qu'elle n'aurait pas obtenu les 400 000 euros qu'elle aurait exigés auprès de l'ambassadeur du Qatar pour le lancement d'un club des ambassadeurs se serait attaqué ensuite au Qatar au micro de Jean-Jacques Bourdin (10 jours après les attentats du Bataclan) : "L’Arabie Saoudite ou même le Qatar ont une volonté de développer leur idéologie, notamment pour contrer l’islam chiite, affirme-t-elle. On a des pays du Golfe qui financent des mosquées, des associations, des imams [...], des structures qu’on ne contrôle pas".

Des élus mis en cause par le livre, comme Jean-Marie le Guen et Rachida Dati, ont d'ores et déjà décidé de porter plainte. Le député François Puponni a annoncé son intention de démissionner de la vice-présidence du groupe d'amitié France-Qatar. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !